Nous utilisons des cookies internes et de tiers pour faciliter la navigation sur notre page web, pour des motifs de sécurité, à des fins d'analyse du trafic, et pour une plus grande efficacité et personnalisation des services offerts aux utilisateurs. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d'informations Accepter

Les vols à vide surviennent lorsqu’un jet privé réalise un vol de retour à sa base après avoir effectué son vol jusqu’à la destination prévue : lors de ce retour, l’avion ne contient pas de passagers. Les compagnies vendent souvent ces vols au rabais, mais ils ne sont cependant pas des manières sûres de voyager si vous devez vous rendre quelque part. En effet, la compagnie peut annuler le vol à vide et, dans la plupart des cas, le client devra trouver une alternative de voyage à ses propres frais. Les vols à vide font souvent l’objet de publicité sur les sites internet : il est possible de s’inscrire pour recevoir des alertes, et l’on peut trouver des offres de vols à vide sur Twitter et Instagram.
Car, pour le businessman, le jet privé reste l’expression d’un luxe qu’il peut difficilement s’offrir en automobile. Autant il est acceptable qu’un chef d’entreprise vole dans un avion valant entre 50 et 70 millions d’euros, autant il est difficile de l’imaginer rouler dans autre chose qu’une Audi A8 ou une Mercedes Classe S quand ses moyens lui permettraient pourtant d’avoir une Rolls-Royce Phantom. Le jet est vu moins comme un signe extérieur de richesse ou de pouvoir que comme un outil de travail rendu indispensable par la mondialisation. Ainsi, Bernard Arnault a été le premier patron français à se rendre à New York pour être reçu personnellement à la Trump Tower, le 9 janvier 2017, par le nouveau président des Etats-Unis. En y allant avec un jet, le P-DG de LVMH a réalisé un gain de temps par rapport à un vol commercial : les horaires sont à la carte et les contrôles plus rapides étant donné le nombre très limité de passagers… On estime ainsi qu’un P-DG qui effectue une trentaine de voyages par an peut gagner l’équivalent d’un mois de travail en optant pour le jet plutôt qu’en empruntant un vol régulier.
Wijet devient la compagnie aérienne de lancement du HondaJet le plus rapide et le plus confortable des biréacteurs de sa catégorie. Première compagnie européenne aérienne de taxi jet, Wijet acquiert 16 HondaJet, le biréacteur d’affaires dernier-né de la société japonaise Honda Aircraft. Compact, léger, ultramoderne, rapide tout en étant économe en carburant, il permettra à Wijet, de desservir 1200 destinations, en Europe et Afrique du Nord.
×